Skip to main content

2024 sera pour les catholiques
du monde entier « une année de la prière »

Le pape François a lancé le 21 janvier 2024 cette démarche pour se préparer à vivre le jubilé de l’année sainte de 2025. Pendant l’année 2024, chacun est invité à redécouvrir « la grande valeur et l’absolue nécessité de la prière ».

Quelques témoignages :

Sœur Marie-Aimée a été invitée par la paroisse sainte Thérèse et les Sacré-Cœurs à Rennes pour une soirée durant le carême : retrouver les « essentiels » de la prière et en faire l’expérience ensemble. Un moment chaleureux au cours duquel l’accent était mis sur la présence au Christ par l’ouverture du cœur, sur l’action de l’Esprit Saint et la redécouverte de notre vocation profonde qui est d’être prière, d’accomplir les choses les plus quotidiennes et habituelles, « comme une eucharistie », de « faire eucharistie » en toutes choses : « Je vous exhorte donc, frères, par la miséricorde de Dieu à offrir vos personnes en hostie vivante, sainte, agréable à Dieu : c’est là le culte spirituel que vous avez à rendre, l’adoration véritable. » (Rm 15, 15-16)

Un père de famille dont l’agenda est saturé de rendez-vous confie : « j’ai fait le choix d’aller à pied à mon travail et de partir 30 minutes plus tôt. Cela me donne la possibilité de m’arrêter dans l’église de mon quartier; là j’offre ma journée et surtout je me rends le plus attentif possible à la présence de Dieu dans le silence. Cette pause de silence et de présence est vraiment l’oxygène de mes journées ainsi que la Parole de Dieu que je lis chaque matin au réveil avec mon épouse. »

Une mère de famille : « j’ai découvert la puissance de la louange : louer Dieu et le remercier. C’est un levier considérable dans ma vie au quotidien pour ne pas me laisser impulsivement emporter par les impatiences ou les jugements envers mes enfants. Plus je loue, plus les belles choses vécues par chacun m’apparaissent et me donnent envie de prolonger à nouveau les “merci à Dieu” »!

Clarisse : j’ai 26 ans. « Il y a quelques mois, après avoir quitté une première collocation, j’ai dû partir en urgence d’un second emménagement dans un contexte de violence. Hébergée de façon précaire, j’avais deux mois pour retrouver un logement avec des contraintes assez serrées, dans une ville où il y a beaucoup de demandes. J’ai essayé toute une semaine, y consacrant tout mon temps, sans succès. Désespérée, sur les conseils de mon père spirituel, je me suis mise à prier les âmes du purgatoire avec ardeur, en priant pour elles en retour. C’était le vendredi suivant la période de la Toussaint. Le lendemain, j’avais une réponse pour un appartement qui rassemblait miraculeusement tous mes critères, et plus encore! Je le visitais le surlendemain et emménageais huit jours après! Intérieurement, je n’ai aucun doute : les âmes m’ont entendue et elles ont intercédé pour moi! Merci petites âmes, je continue de vous porter dans mes prières! »

“Demandez et vous recevrez.” Mt 7,7

Une jeune femme, Gabrielle, témoigne du secours marial au moment de sa maladie : « Quand on m’a annoncée par téléphone que j’étais atteinte d’un cancer, même si je m’y étais préparée, cela m’a fait l’effet d’un coup de massue. Alors que le médecin me parlait au bout du fil, se bousculaient beaucoup de pensées dans ma tête, et d’émotions dans mon cœur. Au milieu de tout ce tumulte intérieur, et de ces informations extérieures que j’essayais simultanément d’enregistrer, une Parole de Jésus cependant, se fit entendre plus forte que les autres : “ Voici ta mère ”. Une brise légère, douce et remplie de paix, le murmure du Christ au cœur de l’âme. Depuis, cette Parole ne cesse de m’accompagner et de me soutenir dans la maladie. Je la reçois comme une invitation du Christ qui me dit : “ Je te donne ma mère, approche-toi d’elle, laisse-toi conduire par elle, laisse-la faire ”. Et quand la fatigue me guette ou que l’avenir me semble sombre, je réactualise cette Parole, je choisis de lui donner toute son autorité. J’aime alors croire qu’à la voix de Jésus, Marie accourt vers moi, me tient la main, me rassure comme seule une mère sait le faire avec son enfant.
Cela m’établit dans une paix au-delà de tout sentiment.”